ARCHIVES

fête des librairies indépendantes
LIBRAIRIE QUANTIN, 22 AVRIL 2017

Z’art be
WOIPPY, 31 MARS 2017

« OLMEDO !!! »

criai-je du haut de la passerelle surplombant les rails de la gare de Lunéville, avant de retrouver mes compères devant celle-ci.

Je m’aperçus d’emblée avec Gérard et Théo que le port du béret était redevenu à la mode, Mathieu lui avait préféré un style plus sobre, plus Jean-Paul Gautier, quant à Alysson elle était toute de framboise et de cassis vêtue, tel un sorbet deux boules…

Or nous n’étions pas ici pour défiler, ni pour explorer la flore locale, comme Gérard qui se demandait quelle odeur pouvait avoir en cette saison une quéquelle de pin !

En route donc, pour le premier apéro à la librairie Quantin et pour écouter Olivier Brun et Jac Vitali parler de leur collaboration autour de l’objet livre.

A midi, Gérard retrousse ses manches, il se lève de table, parle de Socrate, et lit Manifestation 19/5/16 d’A427. L’émotion est palpable, ma mère apporte les pommes de terre à l’eau et le fromage blanc, je fais quelques taches de vin sur la nappe, Théo rattrape de justesse un sommier de la fenêtre du 1er étage, Mathieu me chipe encore deux livres.

Enfin retour à la librairie ; lectures endiablées dans le bar de Marie-jeanne, de quoi rameuter plein de monde pour notre présentation à la librairie, pari réussi !

Devant un public nombreux et particulièrement attentif nous avons présenté Revu, lu des textes, répondu à des questions, croisé des regards, renvoyé des sourires…

Quelques critiques, beaucoup d’encouragements et de félicitations et puis Revu est parti comme des petits pains, preuve au moins de deux choses, que notre présentation fut appréciée et que la poésie contemporaine intéresse et pas seulement un public d’initiés.

Nous tenons à remercier l’accueil et la réelle sympathie de toute la librairie Quantin avec qui, nous l’espérons, une belle et plaisante collaboration pourra s’installer.

Vendredi 31 mars 2017, les membres du collectif Théophile Coinchelin et Mathieu Olmedo étaient à Woippy, dans les locaux de l’association Z’art be (rue du maréchal Foch) pour assister à une lecture publique exceptionnelle. Le dernier vendredi de chaque mois, Dom Corrieras, grand manitou de la langue, organise les rencontres poétiques de Woippy au cours desquelles un invité de marque présente son travail devant une foule en liesse.

Durant deux heures, et avant le banquet où ripaillent les dieux les plus mosellans, les poètes lisent des textes de leur choix, partagent leur passion de la poésie. La séance est organisée en deux parties, la première consacrée à la lecture libre de textes personnels ou de poètes aimés et adulés. Ainsi avons-nous entendu entre autres L’après-midi d’un faune de Mallarmé, Tu as bien fait de partir Arthur Rimbaud de René Char, et des lectures de Nimrod, O.V.L Milosz…

La seconde partie est dédiée à l’invité, ce soir-là Florent Toniello, poète luxembourgeois auteur de Flo⌠ts⌡aux éditions ɸ, que vous pourrez retrouver bientôt dans Revu #3.

A noter la présence de nombreux acteurs de la poésie en Lorraine. Selon nos observateurs, les chevaliers Gilbert V. et Patrice M. bien connus du public hantaient les murs de la salle Saint-Exupéry ce soir-là.

Toutes les infos sur Z’art be et DoM Corrieras à retrouver ici :

http://www.zartbe.com/blank-l2qpw

poèmes pour les arbres
Vandoeuvre, 25-26 MARS 2017

SALON DU LIVRE LORRAIN
VILLERS -LES-Nancy, 11-12 MARS 2017

« 15 ans de salon ! » s’exclame une auteure lorraine auto-publiée, « la poésie moi je connais ! » renchérit sa compère.

Grand moment : Didier Zanon manque de peu le prix Victor Hugo catégorie jeunesse, dépité le chef de file des végans nancéiens se jette sur un plateau de viande !

Heureusement tout n’est pas perdu, nous sommes devenus des spécialistes de l’ex-libris, nous ne confondrons plus celui de Madonna avec celui de Madame de Pompadour !

Les 25 et 26 mars, l’équipe de Revu participait à sa manière à un week-end de rencontres et d’échanges autour des ressources naturelles et des déchets, à la ferme du Charmois à Vandoeuvre.

Gérard, Théophile et Théo ont introduit certaines conférences par la lecture de poèmes d’époques et d’esthétiques variées, autour du thème de la forêt.

Furent donc lus : Ronsard, Musset et Abdellatif Laâbi.

Merci aux organisateurs pour ce programme riche, et pour leur accueil chaleureux.

Et nous en avons beaucoup appris sur le marketing littéraire, de quoi relancer les ventes de Revu : pour 20€ d’achat 1 verre offert ou pour 3 livres achetés, la dédicace à seulement 10% du prix total ou la photo en gros plan des têtes des auteurs sur fond de chantier communal.

Enfin une ribambelle de discours sur la défense du point-virgule et du damoiseau, une oraison funèbre pour le public venu en masse « que d’auteurs, que de public, que de livres, que de mots » et une analyse magistrale du prix Victor Hugo 2017 qui contient « des mots très, très… voilà ».

Une pensée aux enfants disparus.

Un grand merci aux organisateurs

Nous reviendrons l’année prochaine !

Soirée au LEM
Nancy, 17 JANVIER 2017

lectures à L’Autre Rive
Nancy, Novembre 2016

Devant un public attentif, l’équipe a présenté le fonctionnement du collectif et honoré la sortie de la seconde revue à la librairie l’Autre Rive, 19 rue du Pont Mouja à Nancy. Les syndicats ont annoncé 30 personnes, la police une vingtaine. Mais tous étaient là, libraires spécialisés, anciens généraux bonapartistes, libertaires du CCAN, libre-penseurs de renom, aèdes mystérieux, autochtones lorrains, langues déliées: tous sont venus soutenir REVU. Avant le buffet enflammé et organisé par les libraires, nos hérauts du groupe sont revenus sur les modalités de création de la revue, ses enjeux, ses actions, sa pensée. Après un échange bienveillant et instructif (ici en archipel les notions abordées: surgissement de l’acte poétique et composition, positionnement quant à la notion d’engagement, pôles en tension dans la revue, volet sonore…), et avant la performance poétique de l’échanson séculaire:

Monsieur Doyen a lu Christophe Manon en se tenant titubant. A427 a chanté la marche de Gilbert Vautrin, dans le Saint-Nazaire d’Anne-Marie Albiach.

C’était au Lieu d’Expérimentation Marionnette, 11 Grande Rue, Nancy.

Aux côtés de Marion Renauld, qui mène d’audacieuses actions poétiques au cœur de la ville, et de Frédéric Jaffrenou, éditeur de l’indispensable maison Isolato, Théo présentait brièvement Revu devant les membres de MAIPO, fédération des Maisons de Poésie.

Puis un banquet ; victuailles, verres à pied.

A 20h30, Jérôme Fohrer investissait la scène du Lem armé de sa contrebasse et des ses pédales. Grand écart spatio-temporel entre divers genres musicaux – rock ouzbèke, Native american Steve Reich, etc. Cinq globes terrestres tenaient au plafond. Circumnavigation sonore.

Enfin, Anita Navarrete Berbel, dit Ana NB, délaissant vite le micro, lardait de sa voix vive ses textes d’errance, frappait le sol de sa phrase, martelant.

Ce quatorze janvier, c’était aussi l’occasion de découvrir le programme du festival Poema 2017, toujours aussi riche, toujours aussi divers.

Un grand merci à Laurent Michelin (Lem) pour son accueil, ainsi qu’à Sandrine Gironde, Franck Doyen & toute l’équipe du festival Poema et de la Cie l’escalier.

Nous avons voyagé en Syrie sous l’œil d’un journaliste, puis au bord des rails nancéiens, écoutant la versification transolmedienne de Michèle.

Un counehet a rendu hommage au poète de l’errance Théophile Coinchelin, ainsi qu’à l’illustre auteur licencieux inconnu-reconnu Simon Pierre Ménard de Saint-Just.

Le Prince d’Arbizu a péroré sur une belle histoire de domestication du deuil en scandant l’élégiaque poète des Vosges Richard Rognet. Patrick Dubost a fait danser les cœurs, une nouvelle fois, bien sûr, à Utrecht et Gainesville. L’insubmersible Gérard Varinot a ébranlé l’assistance en lisant « Manifestation » de la poétesse Alysson Videux. Il en a profité pour saluer le travail de Chloé Charpentier, en interprétant « l’escargot », autre tube d’avant-garde. Un culte Dieppois a été proféré pour service rendu à la nation romaine: chaque personne du public ayant été un jour frappée par le dilemme cornélien opposant Larini et Larus, mouettes et goélands.

Le vin a coulé, nous avons souri.

Continuons le trajet, ensemble,

sur cette autre rive d’amitié magique

Salon de la revue
Paris, OCTOBRE 2016

RENCONTRE INTER-professionnelle
Reims, Septembre 2016

Jeudi 22 septembre, deux ambassadeurs ont été envoyés à Reims, sous l’égide de Franck Doyen, à l’occasion d’une formation de professionnels du Livre. Dans une salle de la bibliothèque Robert de Sorbon, Mathieu Olmedo et Théo Maurice ont présenté les travaux de l’équipe ainsi que le fonctionnement de l’association. A cette occasion, ils ont lu des textes de Théophile Coinchelin, Patrick Dubost et Jean-Jacques Marimbert. Riche en émotions et en rencontres, cette journée a permis d’échanger sur la fabrication et le rôle des revues littéraires présentes sur le territoire

Quatre revues étaient à l’honneur dans la cité des sacres :

  • La revue Approches interdisciplinaire de la lecture dirigée par Alain Trouvé, Maître de conférence en Littérature Française du vingtième siècle à l’Université de Reims

  • La revue VA en relation avec le Centre de Créations pour l’Enfance situé à Tinqueux et dirigé par notre amie Mateja Bizjac-Petit

  • La magnifique revue des littératures du monde Apulée publiée aux éditions Zulma et dirigée entre autres par les écrivains Hubert Haddad, Catherine Pont-Humbert et Yahia Belaskri

  • Revu, la revue de poésie snob et élitiste.

Toute l’équipe tient grandement à remercier l’association Interbibly, membre de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture qui participe aux grands chantiers nationaux en faveur de la lecture publique et de la valorisation du patrimoine, et en particulier ses chargées de mission, Delphine Henry et Johannie Closs pour l’accueil chaleureux et la bienveillance dont elles ont fait preuve, ainsi que Brigitte Lecolle pour son combat quotidien auprès des scolaires.

Nous tenons à remercier également l’équipe d’Apulée et saluons cet hymne à la liberté qui permet de croiser les regards et de développer la solidarité par le biais de la création et de la réflexion.

Il ne fallait pas manquer la 26ème édition du SALON DE LA REVUE à Paris, le deuxième week-end d’octobre : un moment important pour les éditeurs de revues francophones où notre association tenait son stand et présentait son épopée à tous les curieux.

  • Vendredi 14 octobre de 20h à 22h

  • Samedi 15 octobre de 10h à 20h

  • Dimanche 16 octobre de 10h à 19h30.

L’occasion de faire découvrir dans un lieu dédié à la revue l’ambition d’une association nancéienne toute tournée vers la poésie, mais aussi son fonctionnement particulier : 11 membres dans le même sac, un défit en regard des autres revues gérées par une à trois personnes maximum, avec une volonté revendiquée et déterminée de faire valoir l’objectivité la plus sentencieuse quant à la sélection des textes publiés. Snob et élitiste, certes, mais démocratique, amicale, et renfrognée dans son entêtement à porter des textes inédits au seul faire-valoir de leur qualité.

Un point aussi sur les rencontres que nous avons faites : à commencer par notre ami Jean-Claude Goiri, éditeur de Tarmac et de la revue Festival Permanent des Mots, qui a présenté samedi ses travaux et notamment un des contributeurs de FPM, également revuiste et éditeur messin, Patrice Maltaverne, de la revue Traction-Brabant et des éditions Le Citron Gare. Nous saluons nos deux camarades, pour l’incessant effort poétique qu’ils font en Lorraine, et notamment Patrice qui anime au café Jehanne d’Arc de Metz des ateliers, rencontres et débats pour rendre accessible à tous la littérature.

Des découvertes maintenant : celle de nos voisins de table, la revue Sarrazine, de Paul de Brancion, avec l’appui de Catherine Tourné des éditions Lanskine. Deux férus de littérature qui nous ont permis de découvrir leur travail, et notamment la particularité de leur revue : une variabilité en termes de genres poétiques à l’intérieur de celle-ci, faisant cohabiter des écritures plus ou moins expérimentales, mais aussi l’implication dans leur tâche, implication des plus redoutables, et dont témoigne la pérennité de la revue depuis plus d’une dizaine d’années.

Remarquons que cette revue fonctionne autour d’un mot à entendre dans toute sa polysémie, qui ouvre des perspectives interprétatives créatrices de littérature. Démarche que nous aimerions mettre en lien avec celle de la revue belge Papier Machine, qui, si elle n’axe pas son contenu autour de la littérature en particulier, choisit également un mot autour duquel elle viendra interroger en matière de résonance des spécialistes de disciplines extrêmement diverses : sciences humaines, sciences dures, métiers de la terre, du feu, de l’eau et des airs, tout le monde s’y rencontre à condition de faire vivre le mot-thème choisi à chaque numéro.

Une place à faire encore dans notre présentation à la revue Billebaude, du musée de la chasse et de la nature, dont Anne, son ambassadrice, nous a dévoilé les ressorts : une revue écologiste, qui met à l’honneur à chaque numéro un animal différent, et ses implications ethnologiques et anthropologiques. Nous tenons à féliciter la qualité de ses articles, autant que la beauté de la revue, dont les images tirées du travail d’artistes plasticiens pour nombre d’entre elles, en font une revue particulièrement colorée et vivante.

Nous saluerons encore les éditions de Françoise Favretto, L’Atelier de l’agneau, et sa revue L’Intranquille, voisine de table également qui a publié l’une de nos collaboratrices, Chloé Charpentier, dans son dernier numéro (n°11).

LIVRE SUR LA PLACE
Nancy, SEPTEMBRE 2016

Du 09 au 11 septembre, notre équipe a posé ses bagages Place de la Carrière afin de faire connaître et partager le premier numéro « La Psychologie des mouettes ». Grâce au soutien technique et intellectuel de la librairie L’autre Rive, et à la bienveillance de son maître d’œuvre Frédéric Jaffrenou, nous avons contribué au déploiement de la revue au sein de l’édifice romanesque. Entre lectures, instants d’échange et de partage avec les visiteurs du salon nancéien, les membres du collectif ont œuvré bec et ongles pour défendre les voix diverses de la poésie. Nous tenons à saluer toutes les personnes venues nous rencontrer et découvrir notre travail, ainsi que ceux qui croient en nous depuis le début de cette aventure. Nous remercions infiniment le président de la fédération des revues régionales et culturelles de Lorraine, Monsieur XXX, pour son ouverture d’esprit, sa grande mansuétude et sa compréhension du terme solidarité.


Ô toi lecteur ! Auteur qui s’ignore ! Parle-nous de l’infinie psyché de la mouette amoureuse. Viens à Quartier Libre, 11 grand rue, tu pourras discuter avec les forces souterraines et magiques de la Liberté.

Un petit tour sur France 3

MAI 2016

LA TARVERNE DU LIVRE

NANCY, MAI 2016

Nous avons été au poil, avec nos auteurs Revuistiques, ce vendredi 13 mai à La Taverne du Livre de Nancy. Merci au chaleureux accueil de Marie, libraire et organisatrice de cette soirée, ainsi qu’aux auteurs : Yannick Torlini, Franck Doyen et Patrice Maltaverne. Merci surtout aux auditeurs !

On avait prévu de se voir ce soir à la Bibliothèque Universitaire de Gestion, pour fêter les 10 ans des nocturnes, c’est chose faite ! L’atelier s’est déroulé autour du thème de la Nuit, regroupant 8 écrivains-poètes. Après réflexion et lecture, afin de donner corps prochainement à un fanzine en libre distribution à l’accueil de la BU, un temps d’écriture a donné vie à des vers d’une très grande qualité, variés dans leur tournure et dans leur propos, en dépit de la contrainte. L’équipe de REVU tient à remercier chaleureusement les participant(e)s pour leur prestation poétique, ils font désormais partie des rencontres gaies de notre aventure.

FESTIVAL POEMA

NANCY, Mars 2016

nocturne des bibliothèques universitaires, NANCY, Mars 2016

Lors du 10ème anniversaire des Nocturnes de la Bibliothèque Universitaire de Gestion de Nancy, dans le cadre des Journées des Arts et de la Culture dans l’Enseignement Supérieur, l’association REVU en partenariat avec le collectif de poésie Le Mot Ment (www.facebook.com/LeMotMent), organisera un temps de lecture réservé à la poésie, ainsi qu’un atelier de lecture d’une durée de deux heures, gratuit et sur inscription. Cela se passera à la bibliothèque universitaire de Gestion, 13 rue Michel Ney à Nancy. Les portes seront ouvertes à l’occasion de cette nocturne du 29 au 31 mars 2016. N’hésitez pas à nous contacter pour vous inscire !

Voici le détail :

  • Un atelier d’écriture le mercredi 30 mars 2016, de 17h30 à 19h30,

  • Au rez-de-chaussée de la bibliothèque de gestion,

  • Ouvert à un groupe de 4 à 20 personnes. L’inscription à l’atelier, sans être obligatoire, est vivement recommandée.

  • L’atelier est envisagé autour du thème de « la nuit ». Une lecture des textes réalisés est envisagée en fin de séance.

  • L’atelier est ouvert à toute personne, sans condition d’âge ou d’expérience dans la littérature, et a pour but d’éveiller la curiosité littéraire et permettre de découvrir un aspect de la poésie contemporaine.

  • A l’issue de cette expérience, les textes recueillis donneront lieu, dans la mesure du possible, à une édition en brochure diffusée au sein de l’Université de Lorraine.

  • Ce projet est assuré par deux animateurs : Chloé Charpentier et Mathieu Olmedo, étudiants en lettres et écrivains, membres fondateurs du collectif de poésie nancéien Le Mot Ment et de l’association REVU qui sera présentée à l’issue de la séance.

Le site de REVU mettra le programme complet en ligne dès sa parution.

On l’attendait avec impatience : ce lot de recontres, d’échanges, de débats, de lectures et d’animations non-stop, bref, le weekend a été intensif, et on est plus contents que jamais. La revue a trouvé un public, mais pas que, de véritables marques de soutien de la part des auteurs et gens du livre présents, une vraie accolade pour donner sa raison à notre revue d’exister. Les lectures ont été vivement applaudies, ont même donné lieu à des suprises spectactulaires de mouettes piailleuses et marionnettiques.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir les lectures d’auteurs associés : Philippe Vallet et Véronique Bart ont proposé une interprétation à double voix de « Écrire le ciel », tandis que Jean-Claude Goiri a fait vibrer toute la salle avec « Nuit Vibration ». Les membres fondateurs ont quant eux reçu la chaleureuse approbation de leurs travaux poétiques avec la lecture de leurs textes respectifs.

Nous tenons à remercier vivement toute l’équipe de Poema, en particulier Franck Doyen et Sandrine Gironde qui nous ont réservé une place de choix au festival, à nous débutants revuistes, et à la bonne camaraderie de toutes les personnes que nous avons eu la chance de rencontrer.

lancement de Revu au CCAM

Vandoeuvre, MARS 2016

Nous avons le plaisir de vous informer que REVU sera pour la première fois et officiellement présenté au public lors du Marché de la Poésie du 11 au 13 mars au CCAM de Vandoeuvre-lès-Nancy au moment de l’inauguration du Festival Poéma !

Nous avons hâte de vous rencontrer, d’échanger et de parler de poésie avec vous.

Rencontre avec J. P. Siméon

Nancy, Février 2016

Hier soir, lundi 22 février, l’équipe de REVU quasiment au complet est allée écouter une conférence du poète J.-P. Siméon à la librairie l’Autre Rive de Nancy. Grand défenseur de la poésie sur tous les fronts, Siméon a présenté son dernier ouvrage, le manifeste nommé La poésie sauvera le monde, vaste programme d’encouragement à lire et à diffuser la poésie, à retourner à un langage pur, loin du langage de l’endoctrinement marchand et ultralibéral que la société du grand capital utilise pour capter « notre temps de cerveau disponible ». A la fin de ces lumineuses matières nous avons pris notre courage à deux mains pour présenter notre toute jeune revue à ce ponte de la poésie… et il fut totalement emballé ! La chaleureuse rencontre que Siméon nous a réservée a été conclue par ces mots « C’est vous qui avez maintenant le flambeau, j’ai assez donné ! », avec une simple poignée de mains pour que nos membres poursuivent leur engagement dans la voie poétique que nos prédecesseurs ont ouverte. Il se pourrait donc bien que REVU soit présenté au Printemps des Poètes. Cette reconnaissance et cet encouragement sont une grande joie pour nous tous et nous poussent à persévérer dans l’écriture et l’élaboration de REVU.