Le Mot Ment du 11 avril 2020

Le Mot Ment continue de cultiver les fruits du confi par visio. 11 visages pixelisés (+ 1 voix pixelisée, celle de Théophile) étaient présents pour un rendez-vous XXL puisqu’il conviait aussi les anciens membres du Mot Ment à l’époque où celui-ci officiait encore à Nancy (et ré-officiera un jour, qui sait). Après une brève présentation entre pixels (avec une première participation de Raimund et Véronique), une flopée de textes personnels ont été lus – comme de coutume : Claire-Marie son journal de confinement, Hugues son poème « cocacola moon light » (dessin à l’appui), Michel un poème qu’il a publié dans la revue « Desseins », René-Ralf puis ana nb leurs poèmes respectifs composés dans le cadre des ateliers en ligne de Laura Vazquez, Frédéric des extraits de son roman à venir, Alex P. son poème « pourquoi manger ? » et enfin Alex S. un texte inquiet de l’esprit liberticide de ces jours-ci. Mais le Mot Ment est aussi le lieu des découvertes partagées. Ainsi Sophie, pour se consoler de n’être pas à Kyoto, nous a lu « En longeant la mer de Kyoto à Kamakura », Mathieu nous a convié à une balade mentale grâce au « Walden » de Thoreau et Alex. P nous a lu un petit Baudelaire, ce qui ne fait jamais de mal. Si on ajoute à ça, un petit débat sur l’édition en générale et Amazon en particulier, on peut dire que ce fut une séance dense. On se retrouve la semaine prochaine !