Le Mot Ment du 27 juin 2020

Le Mot Ment continue de rouler sa bosse et ne prend toujours pas de vacances. Ce samedi, Apolline a poursuivi dans la veine du poème court, qui fait réfléchir, qui véhicule une idée, une réflexion (l’art thérapie notamment). Soner nous a lu (pour ne pas dire rapé !) sa farouche volonté d’indépendance. Fred a fait un crochet dans son road-trip pour plonger dans la piscine avec Audrey. Il nous a aussi lu ses tendres Visions de Johanna, ainsi qu’un calligramme sur la tour de Babel. René-Ralf a lu son mini-recueil « Deux billes noires dans mes poches, serrées » ainsi qu’un extrait du « Je, d’un accident ou d’amour » de Loïc Demey, apporté par Charlène qui, elle-même, a oscillé entre l’ode aux petits rituels du chez soi et l’implacable du bloc opératoire, avec en prime un petit poème sur rien… rien que pour nous. Deux amies sont également venues en « spectatrices », ce qui permet de rappeler que vous pouvez venir juste pour écouter – pas besoin d’écrire soi-même de la poésie pour en apprécier la lecture !