REVU au salon de thé le Divanoo (Bischheim – 67)

En ce mercredi 23 octobre, REVU prenait l’autoroute pour trimballer sa valise de papiers et de paroles outre-Lorraine. C’est à Bischheim, petite ville à une poignée de kilomètres au nord de la flèche de Notre-Dame de Strasbourg que Raimund Foglar lui a ouvert les portes de son salon de thé, le Divanoo, pour une soirée de présentation de la revue et des lectures de poèmes.

Sur fond de bibliothèque et de piano droit, et avec dans le gosier des senteurs de houblon et de malt, les quatre compères revuistes présents sont remontés des origines de l’association jusqu’au dernier numéro en date. Ils en ont profité pour faire un point sur les différents numéros parus entre temps, tout en effectuant des lectures donnant à entendre les différentes parties qui composent chaque numéro. Ainsi le texte d’Antoine Mouton a illustré les Poèmes en archipel du n°4-5, « Knokke-le-Zout » de Didier Zanon la Relâche du n°1, les mots d’Ahmed Slama le Dossier du n°2 et les « Haïkus sans frontières » d’Antoine Cassar la partie Situations du n°3.

Est venu ensuite le temps de parler plus en détail du dernier numéro en date, le n°6 et notamment de son dossier traitant de « la Faille ». Ce qui a permis de lire des poèmes de Michèle Finck et d’Amélie Guyot mais aussi de Guylaine Monnier et de Vincent Tholomé.

La soirée, pourvue d’un public, certes restreint mais passionné, fut placée sous le signe de l’échange, du questionnement (place de la poésie sonore dans la revue, quid de la chanson et des textes personnels des membres de REVU, etc.) du débat même quand il fut question de la place de la poésie dans la société aujourd’hui.

Tout ça nous emmena jusqu’à 23h où il fut temps de conclure cette soirée par la présentation du prochain numéro qui sortira en fin d’année, présentation déjà agrémentée d’une lecture d’un des textes retenus. Lequel ? C’est une surprise. Pour le découvrir, rendez-vous dans les pages du n°7 !

Sans titre